Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue à tous

Vous trouverez sur le blog suivant mon humeur, mes coups de coeur ou des informations simplement  qu'il me semble Important de vous faire partager.
C'est aussi un  espace et un  lieu d'echanges où Vos Réflexions et Commentaires SONT Bienvenus.

Merci à Vous Tous.

Recherche

Archives

Liens utiles

Le Site institutionnel du Conseil Général: www.lotetgaronne.fr

Le site d'un autre regard sur Astaffort : www.astaffort.eu

Le site d'Astaffort: www.astaffort.com

Le site du Brulhois: www.brulhois.fr

21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 17:37

Le groupe des élus de la Majorité du Conseil Général tient à faire part de son inquiétude quant aux conséquences pour le Lot-et-Garonne et les Lot-et-Garonnais de l’adoption du budget 2011 de l’Education Nationale qui prévoit la suppression de 16 000 nouveaux postes en France pour la rentrée 2011.

Avec plus de 30 000 postes supprimés ces trois dernières années, les attaques du Gouvernement contre l’école publique se sont déjà traduites dans notre département par de nombreuses fermetures de classes, notamment en zone rurale, par la multiplication de classes surchargées, le non remplacement de professeurs absents ou la disparition des Réseaux d'Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté (RASED) qui permettaient pourtant aux élèves en difficulté de bénéficier d’une aide spécialisée et adaptée.

Ainsi, par exemple, alors que la scolarisation des moins de 3 ans est un des meilleurs leviers de la réduction des inégalités scolaires, celle-ci est passée de 35% à environ 15% en 10 ans puisque l’Etat ne donne plus aux écoles les moyens de les accueillir.
Dans le Lot-et-Garonne, 14 postes pourraient être supprimés dans le premier degré à la rentrée 2011, hypothéquant directement l’avenir de nos enfants au nom du dogme du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux.

En choisissant de ne pas présenter la carte scolaire avant les élections cantonales de mars 2011, alors même que celle-ci était présentée traditionnellement en février, le gouvernement montre ici tout son cynisme et sa difficulté à assumer de tels choix.
Elus de terrain, attachés aux valeurs républicaines, nous condamnons fermement cette politique et réaffirmons notre attachement à une politique éducative qui porte l’ambition de la réussite de tous.

Enfin, nous souhaitons apporter tout notre soutien à l’appel du collectif « l’éducation est notre avenir » pour un rassemblement le 22 janvier 2011 à 10 h 30, place des laitiers à Agen, et manifester notre refus d’un budget de pénurie pour l’éducation nationale.

Repost 0
Published by Citoyen du Brulhois - dans Prises de positions
commenter cet article
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 14:16

Vous ne le verrez pas dans le journal Sud Ouest, mais une réunion importante s'est tenue fin Juillet a la mairie d' Astaffort et il semble que le compte rendu du correspondant SO se soit quelque peu égare sur la plage des vacances.!!!

REUNION DU 19 JUILLET 2010 à ASTAFFORT : LE POINT SUR LA MSP Lundi 19 juillet à 21h00 se sont réunis dans la salle du conseil d’Astaffort, les élus de la CCAB, le président, Claude Sarramiac, pour Sauveterre-Saint-Denis, Claude Jeantet et Caudecoste, Christian Dirat, le maire d’Astaffort, André Garros, le conseiller Général Michel Estéban, le maire de Layrac, Pierre Pujol et la conseillère suppléante du conseiller Général, Françoise Decloet, le maire de Laplume, Eric Bacqua, Olivier Martinez Responsable de la Cellule d'aide aux Maires du Conseil Général, Brigitte Bruquant, secrétaire générale de la CCAB et le représentant des professions médicales, le docteur Jean. La réunion du 19/07 a eu pour objectif de faire le point de l’avancement du projet de Maison de Santé Pluridisciplinaire et de trouver le cadre juridique qui permette d’aboutir au montage. Le périmètre de santé déterminé par la CODDEM (Commission Départementale de la Démographie Médicale) a obligé le groupe de travail des professionnels de santé du canton et les élus concernés à modifier leur démarche .Or ce périmètre est IMPERATIF pour obtenir les aides croisées Etat, Région, Département. Michel Esteban, Conseiller Général, après avoir relaté les différentes étapes précédentes a fortement incité les participants à trouver une forme juridique adéquate pour ce regroupement entre la CCAB, Laplume et Layrac(si les médecins acceptent le projet de santé) .Actuellement :MSP à Astaffort et antennes à Caudecoste et peut-être Layrac, MSP à Laplume (avec Lamontjoie et Marmont Pachas).La proposition faite par le Conseiller Général étant de créer un Syndicat Mixte Fermé. L’intervention du Docteur Jean, coordinateur du groupe de travail, a beaucoup intéressé l’auditoire. D’après lui les réticences de certains collègues s’estomperont petit à petit , il reconnaît qu’il est difficile de passer de 30 ans d’activité traditionnelle à un mode de fonctionnement différent, que des collègues craignent la perte d’indépendance par rapport notamment à la Caisse d’Assurance Maladie dans les actions de prévention mais il pense que, lorsqu’ils verront combien la MSP est un outil intéressant, ils rejoindront le groupe déjà institué .C’est à la fois l’intérêt de la clientèle mais aussi l’intérêt du médecin qui a de plus en plus de difficultés à travailler seul. Des problèmes spécifiques existent pour chacun mais ils ne sont pas insurmontables et les professionnels de santé sont suffisamment nombreux, pense-t-il, pour que ce projet puisse se réaliser .Michel Esteban ajoute qu’une telle démarche « ouverte et dynamique » ne pourra qu’inciter l’arrivée de nouveaux médecins. Le Maire de Layrac Pierre Pujol a fait remarquer que la CODDEM a « changé la donne » et que s’il n’est pas opposé à la création d’un syndicat mixte, il doit en référer à la CAA dont Layrac fait partie puisque seule une intercommunalité peut permettre le fonctionnement d’un tel syndicat., en espérant que les médecins de Layrac soient moins réticents …D’après le Responsable de la cellule d’aide aux Maires ,Olivier Martinez, une commune seule ne pourra s’autofinancer ,il faut donc envisager l’accord de la CAA puisque Layrac ne fait plus partie de la CCAB ,porteuse du projet , qui réunit les 7 autres communes du canton . Quant au calendrier, comme nous étions au bord des vacances, le rendez-vous a été porté en septembre.

Or nous sommes en septembre et alors que la Presse ,qui était présente, devait se faire l’écho de cette importante réunion, force est de constater que si le représentant de Sud-Ouest était « bien présent », son intervention est restée « bien invisible ». D’où cette synthèse non exhaustive d’un compte-rendu qui avait été rédigé en temps et en heure.


Repost 0
Published by Citoyen du Brulhois - dans Prises de positions
commenter cet article
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 13:27

Un chantier aux allures de démolition

Fin juin 2010, la Commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale a adopté le rapport de la mission d’information sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes.

Suite aux promesses répétées du Président de la République portant sur la création d’un « 5e risque », les attentes des Conseillers généraux de la majorité départementale étaient fortes sur cette question d’autant plus centrale dans nos territoires ruraux que le maintien à domicile des personnes âgées y est plus délicat que dans les centres urbains.

Si l’APA mise en place par le gouvernement Jospin a été un véritable progrès social pour les personnes âgées dépendantes et leurs familles, le transfert de son financement aux Conseils généraux pose de réelles difficultés. En refusant de compenser les dépenses sociales grandissantes et obligatoires des Départements, et particulièrement celles liées au versement de l’APA, l’Etat a fait le choix de mettre les Conseils généraux dans une situation financière extrêmement délicate.

De cette situation très contraignante pour notre collectivité, mais aussi au regard de l’évolution démographique et sociale de notre département, nous aurions souhaité une remise à plat de la prise en charge de la dépendance par la création d’un véritable 5e risque, financé par la solidarité nationale.

A l’opposé, les propositions contenues dans ce rapport vont à l’encontre des besoins élémentaires des personnes âgées dépendantes mais aussi des critères médico-sociaux qui avaient prévalu lors de la création de l’APA :

  • Sur les 8200 bénéficiaires de l’APA en Lot-et-Garonne, près de 50% (bénéficiaires de l'APA en GIR 4) n’auraient plus accès à l’aide financière pour recourir à des services professionnels à domicile, avec de graves répercussions sur le soutien aux personnes fragilisées et sur l'emploi dans ce secteur.
  • Alors que le principe de mutualisation et de cohésion sociale est l’un des fondements de notre société, l’APA serait remplacée par un système individuel d’assurance privé obligatoire pour les plus de 50 ans. Cette mesure marquerait la fin de la solidarité intergénérationnelle : en d’autres termes, les personnes âgées paieraient pour les personnes âgées.
  • Le recours sur succession, véritable double peine, serait instauré. Les bénéficiaires de cette nouvelle aide dont le patrimoine immobilier atteindrait 100 000 € (ce qui représente moins que la valeur moyenne d’une maison familiale) auraient le choix entre accepter un retour sur succession ou voir leur allocation diminuée de moitié.

Les Conseillers généraux de la Majorité départementale, farouchement attachés au principe de la solidarité nationale, s’insurgent des propositions de ce rapport. Ils exigent du gouvernement qu’il y renonce et réaffirment que le financement de la dépendance doit relever de la solidarité nationale.

Repost 0
Published by Citoyen du Brulhois - dans Prises de positions
commenter cet article
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 20:59

Défendons le service public !
J’ai décidé de me joindre au cortège des personnels de la fonction publique mardi dernier à Agen.

Pourquoi ? Parce que le mot d’ordre de cette action syndicale, qui a rassemblée 2 500 personnes à Agen, des centaines de milliers au niveau national, me semblait clair : défendons le service public ! 

Distincte de la grève contre la réforme des régimes spéciaux de retraite, cette manifestation visait en effet avant tout à défendre l’emploi public, le service public et le pouvoir d’achat des fonctionnaires.

Le non-remplacement d’un départ à la retraite sur trois dès 2008 et d’un sur deux les années suivantes, sans aucune réflexion sur les contours des différentes missions exercées, est aux antipodes de la réforme de l’Etat aujourd’hui nécessaire.

Ajouté au démantèlement du statut de la fonction publique par un recours massif à la contractualisation et aux emplois précaires, il aura pour principal effet d’affaiblir l’Etat dans la réalisation de ses missions les plus élémentaires, en particulier dans les zones rurales.

En refusant d’ouvrir des négociations salariales dans la fonction publique, le gouvernement montre qu’il n’entend rien faire pour endiguer la baisse constante du pouvoir d’achat des fonctionnaires depuis 2002, que révèlent toutes les études

Quant au discours sur le recours généralisé aux heures supplémentaires c’est un leurre pour les agents de l’Etat, qui ne peuvent choisir leur temps de travail.

L’ouverture sans délai de négociations salariales dans la fonction publique, le gel des suppressions d’emploi prévues dans le budget 2008 et le lancement, avec tous les acteurs concernés, d’une réflexion en profondeur sur les contours et l’avenir de la fonction publique est urgent et indispensable !

C’est à ces conditions que l’on préservera, pour le plus grand bien des populations, un service public moderne, de qualité et accessible partout sur le territoire.

Repost 0
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 13:45

" Plan climat Aquitain " de lutte contre le réchauffement climatique : le département reste INACTIF

Le 12 juillet, les services de l’Etat, du Conseil Régional et de l’ADEME ont présenté à des élus, associations et acteurs socio-économiques lot-et-garonnais le Plan climat Aquitaine et le contrat d’objectifs 2007/2013 Etat/ADEME.

A cette occasion, je tiens à dénoncer l’inaction du Conseil Général dans ce domaine !
En effet, depuis plusieurs mois, le groupe des Conseillers généraux de gauche porte de nombreuses propositions novatrices que M. DIEFENBACHER et ses amis rejettent obstinément.

Or le département constitue un niveau important dans la mise en œuvre de politiques environnementales, car il peut faciliter les échanges et assurer la coordination entre les différents acteurs du territoire. Il est ainsi primordial que le Conseil Général décide, enfin, d’une véritable politique en faveur du développement durable et de l’environnement.


Rappel des 10 mesures que le Conseil Général devrait, selon le groupe des Conseillers généraux de gauche, mener afin  de lutter contre le changement climatique :

 sur cg47.com

Repost 0
31 octobre 2006 2 31 /10 /octobre /2006 14:50

DM2

Compte-rendu de la session de Décision Modificative n°2

La session de Décision Modificative n°2 du Conseil Général s’est clôturée jeudi 26 octobre dans la soirée après une journée de débats parfois virulents.

Tout au long de cette session, le Groupe des Conseillers Généraux Socialistes et Républicain a joué son rôle d’opposition responsable mais critique : si la plupart des dossiers présentés ont été votés, les élus socialistes ont fait part de nombreuses propositions et suggestions qui n’ont malheureusement pratiquement jamais été retenues.

Voilà l’essentiel des positions et propositions prises par le Groupe Socialiste et Républicain à l’occasion de cette DM2.

 

Repost 0

Actualité