Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue à tous

Vous trouverez sur le blog suivant mon humeur, mes coups de coeur ou des informations simplement  qu'il me semble Important de vous faire partager.
C'est aussi un  espace et un  lieu d'echanges où Vos Réflexions et Commentaires SONT Bienvenus.

Merci à Vous Tous.

Recherche

Archives

Liens utiles

Le Site institutionnel du Conseil Général: www.lotetgaronne.fr

Le site d'un autre regard sur Astaffort : www.astaffort.eu

Le site d'Astaffort: www.astaffort.com

Le site du Brulhois: www.brulhois.fr

4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 22:23
Gràce à l'aimable complicitée de mon collègue élu au Conseil municipal d'Astaffort Eric BARRERE aussi directeur technique de spectacle et à l'aimable collaboration de toute l'équipe qui entoure la tournée de Francis CABREL, ma supplèante Françoise DECLOET nous à fait vivre une avant scéne que je vous livre ici:

Il est 9h10 Madison, Gabin, les deux Emma, (M et D), Lilou, Mathilde, Mathias, Fabien et les autres ...CE1 et CM1 quittent Astaffort et s'en vont dans le petit matin frais et pluvieux vers le Zénith...

Savez-vous ce qu'est LE ZENITH ? C'est le point culminant dans le ciel au-dessus de votre tête et  qui forcément vous éblouit de sa lumière.

 Pour l'éblouissement nous allons être servis, même s'il ne s'agit pas de soleil mais de la plus belle salle de concert de la région : LE ZENITH de TOULOUSE où se produiront ce soir en première partie le groupe GRIM et en seconde FRANCIS CABREL le poète-chanteur bien connu mais aussi l'enfant du pays d'Astaffort dont je représente le canton comme suppléante de Michel Esteban, conseiller général .Je fais partie, pour mon plus grand bonheur, des accompagnateurs.

Les enfants sont impatients, ils ont préparé leurs questions avec « leur maîtresse et leur maître », quels jolis mots dans la bouche de ces enfants ! Je les préfère à « instituteur » ou au moderne « professeur des écoles » bien administratifs ...Mme Moskwa, directrice de l'école avec les CE1, M.Dabos avec les CM1 ont préparé avec leurs élèves des questions   diverses et variées, allant du maquillage aux techniques de montage, d'éclairage....Les CM1, avec qui je monte dans le car, serrent précieusement contre leurs anoraks les chemises cartonnées si précieuses...

L'ambiance dans le car est à la joie : on discute, joue ; l'autoroute fait défiler les arbres à la vitesse du car sous un ciel bas et lourd. Peu importe ,les jeux vont bon train ; au fond du car et de manière traditionnelle ,dirais-je,un groupe de garçons sympathiques mais un peu délurés que Christophe , le maître « surveille » sans en avoir l'air ....Une petite fille me pose une question ,elle a le doigt levé naturellement ,preuve que Christophe Dabos a réussi à inculquer une discipline de prise de parole .De la même manière, lorsqu'il frappe dans les mains, les enfants savent qu'ils doivent se taire et écouter...L'instituteur est attentif à tout et impulse des méthodes ;tout s'apprend n'est-ce pas ? C'est ce qu'on appelle l'EDUCATION !

Christophe m'explique le projet : nous en sommes au début .Les enfants vont voir là les coulisses d'un concert et sa mise en place,ils vont rencontrer les deux musiciens-chanteurs du groupe GRIM avec lesquels ,par la suite, dans leur école ,ils travailleront dans des ateliers d'écriture pendant deux mois. L'aboutissement de ce travail étant un spectacle de fin d'année où le collège de Tonneins et le LEP hôtelier de Nérac s'associeront car ils sont engagés dans la même démarche des ateliers d'écriture. J'espère être parmi les spectateurs !

Cette action initiée par VOIX DU SUD depuis l'année dernière a été prolongée cette année ainsi que les crédits qui la soutiennent.

Nous sortons de l'autoroute, un peu plus d'excitation dans l'autobus, un chapiteau de cirque non loin du ZENITH et des cris « on veut voir les clowns ! »...Nous y sommes, nous descendons du car ; des garçons me commentent le trac qu'on doit avoir pour chanter tout seul sur une scène « moi en récitation j'ai toujours peur ! », dit l'un d'entre eux ;  II est 11 heures ...l'assistante de régie, Stéphanie, nous reçoit ; elle est jolie, disponible, souriante et plaît aux enfants immédiatement. C'est d'elle et de son équipe que tout dépend .Elle nous fait passer partout, nous visitons les loges spacieuses et claires avec leurs salles de bain, nous voyons les armoires roulantes pleines des vêtements que Francis Cabrel portera ce soir, c'est Marielle qui s'en occupe, quelle chance elle a se disent les petites filles, surtout ! Tout est prévu pour le confort et le bien-être du chanteur : repas, boisson, eau de toilette favorite...Rien ne doit être oublié .Tout doit être parfait avant qu ' « IL » n'arrive.


Les odeurs de plat mijoté se répandent dans la cuisine où une cuisinière  bien entourée s'active : une cinquantaine de repas, ce n'est pas rien ! Malgré la pluie nous sortons voir le car aménagé, ce sont de vrais  « saltimbanques » nos artistes .Un jour ici, demain ailleurs !  « La Technique et la régie »  dorment là, ...C'est un univers à lui tout seul et même si l'espace est restreint Lilou et Mathilde s'y verraient bien ! Couchettes,tétéviseurs individuels et la formidable salle vidéo « scotche » nos jeunes qui n'en croient pas leurs yeux. Ceci dit, dans cet univers clos, il ne faut pas être claustrophobe .Certains se voient bien « nomades » de cette manière .Nous attendons de passer dix par dix, il pleut très fort, parapluies et capuches cachent l'impatience de la découverte.

Vite, aux abris ! Stéphanie nous fait enfin pénétrer dans « l'antre sacré » du ZENITH : immense « grotte » noire, murs noirs, plafond noir  et ce bruit de train, de gare, ce grondement sourd de tremblement de terre ...Un peu de peur, un peu d'angoisse pour certains...Nous rentrons dans la nuit du rêve et de la féerie :  « backstage » ,derrière la scène .Devant il y aura plus de 5000 personnes .OUAH.... !

Mettez-vous à l'anglais tout de suite : le backliner Antoine et ses collègues installent les instruments,les entretiennent,les réparent .Il ne faut pas qu'il y ait de problème .Ils sont là pour que tout marche et ça marche !Les projecteurs clignotent,dansent,rutilent ,la musique vrombit pour les essais .Stéphanie répond aux questions ,compte les instruments ,les questions sont précises et fusent de toutes parts. Stéphanie explique, compte les instruments car les enfants, crayon en main, veulent tout savoir ; elle s'applique avec une gentillesse et une bonne volonté attendrissantes, se mettant à la portée de son jeune auditoire .Le technicien précise les longues heures à monter la scène, les ponts et les moteurs que l'on soulève finalement pour accrocher  les soleils au ciel, c'est-à-dire les multiples projecteurs !Il n'y a pas moins de 6 éclairagistes . Quant au son : 58 haut-parleurs, quelle complexité, nous dit le spécialiste ! Les musiciens ont besoin de s'entendre, c'est-à-dire d'entendre leur musique réciproque, les spectateurs doivent avoir un son parfait, « moi, l'ingénieur du son, il faut que je sois à la hauteur, ce n'est pas la place la plus enviable... »Les enfants parlent bien sûr des pannes possibles, on s'attarde sur les consoles et merveille des merveilles on les autorise à toucher la console où les touches bougent toutes seules, c'est magique ! Quelques essais pour montrer la tête du robot qui commande la montée de la lumière ...

Jeu des lumières : le technicien passionné par son métier détaille le mélange des couleurs :jaune,bleu,rouge ,ce qu'on appelle la trichromie ,magie du rose et du violet qui naît sous les regards ébahis contre le mur noir, « je peux vous faire toutes les couleurs et même des pochoirs » ,les couleurs et les formes explosent et scintillent sur le mur et petits comme grands, nous nous extasions comme au feu d'artifice un soir de 14 juillet !Tout est informatisé , personne d'autre que ce technicien n'a la clef de la console car tout est programmé pour le spectacle ,clef précieuse ...clef de paradis . Oui, c'est GENIAL, dit Mathilde !


Mais le petit déjeuner est bien loin, les estomacs jouent un air de contrebasse ! Il est temps d'aller se restaurer.


Le repas est pris dans une ambiance sympathique et décontractée, chacun déballe sandwiches et gâteries diverses ; malgré le froid beaucoup vont se dégourdir les jambes en courant sur le parking du ZENITH devenu, pour la circonstance, leur cour de récréation !

« On dirait qu'on est au cinéma » dit une petite voix douce ...Nous voilà revenus après la pause du déjeuner dans l'antre magique de la salle de spectacle. « On va faire comme si on était au concert ce soir »,dit Stéphanie .Nous sommes assis sur les gradins ; pour nous ,pour nous tout seuls,les effets de lumière jaillissent : la savane en feu, la mer ... féérie créée par la technique ; la voix de Francis Cabrel s'élève dans cette nuit colorée  presque comme s'il était là : « Ce qui ressemble au hasard est souvent un rendez-vous... les mamadous qu'on transfère à l'arrière de l'avion... les cardinaux en costume sur les sièges de devant....elle se balade fière au bras d'un cygne blanc... » .Les chansons défilent, les mots touchent à tout ; ses engagements d'homme et de poète m'ont toujours atteint le cœur et l'esprit depuis qu'il a commencé dans ce métier .La poésie de notre siècle est là dans la chanson ; elle est à la portée du plus grand nombre et les récitals la magnifient .Je voudrais qu'après nous on parle de Cabrel comme on parle de Verlaine ou Rimbaud !


Même si je n'ai plus l'âge des élèves que j'accompagne, je reçois avec plaisir le tee-shirt qui nous est offert « qu'est-ce qu'on nous apprend à l'école ? ».Je peux répondre « À aimer la poésie ! »


Poètes et musiciens sont les deux jeunes artistes du groupe GRIM qui font la première partie du concert de Francis Cabrel .Ils ont accepté de répondre aux questions élaborées par les deux classes .Les doigts se lèvent » rêviez-vous d'être chanteur » ? »Est-ce que vous avez le trac ? » »De quel instrument jouez-vous ? »

C'est Sylvain qui écrit les textes , gratte la guitare ,s'est formé sur le terrain ;quant à Cédric c'est la musique classique qui l'a mené aux autres musiques .Ils s'entraînent toujours,ils travaillent beaucoup ,belle leçon de volonté et de passion, de ténacité et de fantaisie aussi...Des concerts et des concerts ...On se forme sur le terrain...Je pense,en mon for intérieur ,qu'on est bien loin de la Star'Ac et que la France n'est pas perdue tant qu'on aura de jeunes artistes aussi talentueux et « frais ».....

Mais il est l'heure de repartir ; les carnets sont remplis, le mien aussi. Le calme s'est installé dans le car mais la proximité d'Astaffort réveille les ardeurs : « Astaffort Champion » !


Merci de m'avoir acceptée dans cette sortie réjouissante à bien des égards.

J'ai un rêve... qui est celui d'un collège sur notre canton pour que les jeunes filles et les jeunes gens demeurent dans nos campagnes, où la chanson pourrait être enseignée comme un art majeur tout en faisant partie d'un enseignement général de qualité.


Ce qui, pour moi, ressemble « à un   hasard »est peut-être effectivement « un rendez-vous » .


Françoise DECLOET conseillère Générale suppléante (Canton d'Astaffort)



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Actualité